Accueil » Actualites Ofor » Inauguration du forage de Patouki: les vannes du développement ouvertes

Inauguration du forage de Patouki: les vannes du développement ouvertes


Mardi 11 février 2020

En marge du Comité régional de développement à Thiès et Matam pour voir l’état d’avancement des réalisations du secteur et échanger avec les acteurs, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement en a profité pour inaugurer le système d’approvisionnement en eau potable de Patouki dans la commune de Oudalaye (département de Ranérou Ferlo). Un joyau réalisé dans le cadre de la phase 3 du Programme d’Urgence de Développement Communautaire/volet hydraulique confié à l’Office des Forages Ruraux.

De loin, à quelques kilomètres, on peut bien apercevoir le château d’eau qui trône sur ses 20 mètres de hauteur au milieu du village de Patouki, une localité nichée dans la commune de Oudalaye à 30 kilomètres du département de Ranérou Ferlo. Dans cette localité dépourvue presque de tout, les femmes, bassines à la tête pour les unes et empruntant de charrettes pour les autres, parcouraient des kilomètres à la recherche d’eau. Les bergers vivent aussi le même calvaire pour abreuver les bovins et autres caprins et équins. Mais, depuis la réalisation par l’Office des Forages Ruraux du système d’approvisionnement en eau potable dans le cadre du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC 3) volet hydraulique, les conditions de vie sont nettement améliorées.

L’ouvrage a été inauguré, le 05 février 2020, par le ministre de l’Eau et de l’Assainissement (MEA), M. Serigne Mbaye Thiam en présence du Directeur Général de l’OFOR, en l’occurrence, M. Seyni Ndao.

Le système polarise cinq villages (Patouki, Patouki Gallé Kassoumé, Patouki Hamel, Gourel Seydi et Wendou Boki). Il est constitué d’un forage qui débite 50 m3/heure et doté d’un château d’eau de 20 mètres de hauteur avec une capacité de stockage de 150 m3.

Toutefois, une bonne exploitation de cet ouvrage va améliorer les conditions de vie des populations notamment les corvées d’eau, constituer un gain de temps pour les éleveurs et reculer les maladies hydriques.